Scroll to top

4 facteurs à connaître pour optimiser votre délivrabilité e-mail

En e-mail marketing c’est l’étape à valider en premier : l’optimisation  du taux de délivrabilité et du nombre de messages aboutis. 

C’est-à-dire de tout faire pour éviter que vos e-mails et Newsletters atterrissent dans les spams. Car malheureusement, sans une bonne délivrabilité : pas d’ouverture, pas de clic  et donc pas de transformation. 

Qu’est-ce que la délivrabilité e-mail et sur quoi repose-t-elle  ?

La dérivabilité peut être résumée à la capacité à faire aboutir les messages dans une boîte de réception. Car avant de pouvoir être ouvert, un e-mail s’engage dans un parcours semé d’embûches :

📩 Annonceur ➡ Routeur ➡ Fournisseurs d’Accès à Internet ➡ Destinataire 💌

C’est un cercle vicieux car une mauvaise délivrabilité = impact sur votre réputation qui impacte elle-même votre délivrabilité. 

Celle-ci repose alors sur des critères de filtrage aussi bien techniques que marketing.

Les 4 facteurs de filtrage principaux

  • L’hygiène de la Base de données  (bounce rate, présence de spamtraps)
  • La réputation de l’annonceur (historique d’envoi, la réputation du nom de domaine utilisé, la qualité du routeur)
  • L’infrastructure technique (la configuration du serveur d’envoi, les adresses IP…)
  • La stratégie marketing (taux de plainte, volume d’e-mails envoyés trop important en un seul envoi, fréquence, contenu des messages, paramètres d’envoi, propreté du code HTML…)
  • Les NPAI, Spam Words, hard Bounce : ce que vous devez contrôler

Qu’est ce que les NPAI et les Bounces en e-mailing ?

Les NPAI (n’habite plus à l’adresse indiquée), sont des adresses e-mail erronées, non valides (hard bounce), ou temporairement indisponibles (soft bounce).

Il faut prioritairement identifier et inclure les hard bounces dans des blacklists d’envois pour ne plus les adresser.

Concernant les Soft bounces, vous pouvez leur laisser plusieurs chances (quitte à les segmenter et à les inclure dans une séquence de relance d’inactifs), pour les passer ensuite en blacklist s’ils n’enregistrent toujours aucune réaction.

Les Spam Words et Spamtraps, à bannir de vos envois

Spam Words : une liste de mots interdits qui sont surveillés par les FAI : Jeux concours, les termes commerciaux et équivalents en anglais, le lexique des jeux d’argent, une utilisation excessive des symboles de ponctuation…

Spam Traps : des adresses pièges/espionnes créées (piscine) ou récupérées (recyclées). Elles donnent le signal aux FAI et webmails que vos moyens de collecte ne sont pas qualifiés, ce qui va dégrader la crédibilité de vos campagnes. 

La présence de ces éléments peut alors entraîner plusieurs types de blocage et filtrages : Blacklisting de votre adresse IP et du NDD d’envoi ou un aller-simple dans les indésirables.

  • Nettoyez régulièrement votre base de contacts
  • Relancer les inactifs en leur demandant simplement s’ils souhaitent rester abonnés
  • Sur une plus longue période d’analyse (4-6 mois), supprimer les non-ouvreurs

Related posts

Post a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *